3 causes possibles des tumeurs cérébrales

Il existe de nombreuses causes possibles des tumeurs cérébrales, dont voici les plus évoquées :

Les rayonnements ionisants

Ces types de rayonnements sont considérés comme cancérogènes. Ils augmentent la probabilité d’avoir des tumeurs cérébrales. En effet, il existe une corrélation entre l’exposition aux rayonnements ionisants et le risque de contracter la tumeur cérébrale. En ce qui concerne les tumeurs cérébrales chez l’enfant, aucune étude sérieuse n’a encore été menée dans ce sens. En revanche, certaine étude, notamment celle de Oxford Survey of Childhood a prouve qu’il y a une relation entre le risque d’avoir une tumeur chez les enfants et l’exposition des mères pendant la grossesse. Toujours selon certaines recherches, la probabilité de contracter le cancer chez les enfants est de l’ordre de 40/100.

Les champs électromagnétiques

Les champs électromagnétiques produits par les téléphones mobiles pourraient aussi induire le risque de tumeurs cérébrales. Les ondes émises par les Smartphones ont des effets néfastes sur le cerveau lors de l’utilisation de l’appareil. Toutefois, les résultats des études sur ce sujet restent encore divergents. Certaines méta-analyses affirment qu’il n’existe pas de relation entre l’augmentation du risque de cancer cérébral et les radiofréquences émises par les téléphones portables. Par contre, des analyses, notamment celles de CIRC essayent de prouver le contraire. Outre cet appareil de communication, les appareils électriques tels que les couvertures électriques, les fours à micro-ondes, les sèche-cheveux, les télévisions et même les ordinateurs émettent des radiofréquences, mais rien n’a encore permis de conclure que ces appareils peuvent causer des tumeurs cérébrales.

Pesticides

Beaucoup d’études se penchent sur la question de l’exposition aux pesticides et l’apparition de tumeurs cérébrales. Comme en France, on compte environ 1 à 2 millions de personnes exposées à ces produits chimiques. Les personnes les plus souvent touchées sont la population agricole ou encore les ouvriers de l’industrie des pesticides. Ce qui rend la difficulté des études est la diversité de la nature et des quantités de pesticides. Sur une femme enceinte exposée aux pesticides, des études n’ont pas pu vraiment démontrer de manière significative le risque de tumeurs cérébrales chez les enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *