Confinement : choisir sa lampe de luminothérapie pour lutter contre le blues « hivernal »

Décidément, l’épidémie du COVID19 n’est pas seulement virale. Au-delà de la contagiosité inquiétante, du bilan de mortalité particulièrement lourd et des changements drastiques de notre quotidien qu’elle implique, cette séquence que nous vivons nous impose un confinement sur plusieurs semaines, au sortir de l’hiver, ce qui prive notre organisme des rayons du soleil nécessaires à la régulation de son rythme circadien. Résultat : dérèglement du cycle éveil – sommeil, coup de blues et troubles de l’humeur. Les lampes de luminothérapie n’ont jamais été aussi indispensables dans nos intérieurs.

Luminothérapie : une solution au confinement et à la privation du soleil

Le trouble affectif saisonnier (TAS) est un type de dépression qui se produit généralement chaque année, lorsque le soleil se fait le plus discret. Dans le contexte de la pandémie du COVID19, les spécialistes s’attendent à un impact direct du confinement sur notre humeur, même si les beaux jours sont déjà là. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la privation de soleil qui résulte de notre enfermement se traduira forcément par des problèmes d’insomnie ou au contraire d’hypersomnie, par une instabilité de l’humeur (nervosité et irritabilité notamment) et par une baisse de la vitalité se traduisant par une légère fatigue plus ou moins chronique.
Le recours à une lampe de luminothérapie peut apporter un soulagement à ces symptômes et égayer nos intérieurs pendant cette période compliquée. Dans les cas saisonniers de la déprime, la lampe de luminothérapie se révèle aussi efficace que les antidépresseurs et la psychothérapie. Mais quelle lampe de luminothérapie choisir ?

Comprendre la lampe de luminothérapie

La lampe de luminothérapie est un dispositif destiné à produire une lumière dont le spectre simule celui des rayons du soleil. On cherchera alors à réguler la production des hormones qui améliorent l’humeur et qui garantissent l’équilibre du rythme circadien par le cerveau par des expositions quotidiennes de plusieurs minutes. Pour qu’elle soit performante et utilisable sans danger, la lampe de luminothérapie doit produire une lumière d’une intensité d’environ 10 000 lux et émettre le moins de rayons UV possible. Pour cette dernière caractéristique, fiez-vous à la certification « CE » qui garantit que le produit en question n’est pas nocif.
Pour optimiser votre exposition à la lumière d’une lampe de luminothérapie, suivez ces quelques règles :
• Exposez-vous à la lumière de votre lampe de luminothérapie moins d’une heure après votre réveil. C’est à ce moment que le cerveau est le plus réceptif à la lumière ;
• Votre séance ne doit pas dépasser les 30 minutes ;
• Installez-vous à une distance comprise entre 40 à 60 centimètres de votre lampe de luminothérapie ;
• Gardez les yeux ouverts pendant la séance, mais ne fixez pas la lumière de manière frontale. Vous pouvez lire un bouquin, regarder la télé ou manger pendant que la lampe de luminothérapie, qui doit être dans votre champ de vision, fait son travail.
Vous pouvez acheter une lampe de luminothérapie sans ordonnance. Votre médecin peut vous recommander un modèle spécifique. Il est d’ailleurs recommander de lui demander son avis avant de faire votre acquisition, car ce procédé n’est pas compatible avec certaines pathologies qui causent une certaine photosensibilité.

Comment choisir sa lampe de luminothérapie ?

Voici quelques questions à se poser lors de l’achat d’une lampe de luminothérapie pour lutter contre le Trouble Affectif Saisonnier (TAS) et les troubles qui s’y rapportent.
• La lampe est-elle conçue spécifiquement pour traiter le TAS ? Si ce n’est pas le cas, il se peut qu’elle ne réponde pas à vos besoins en raison du spectre de lumière utilisé et de l’intensité lumineuse. Certaines lampes de luminothérapie sont conçues pour les troubles de la peau, par exemple, émettant des UV qui peuvent endommager votre rétine ;
• Quelle est son intensité lumineuse ? Les lampes de luminothérapie produisent différentes intensités de lumière. Plus l’intensité est élevée (on recommande 10 000 lux), plus vos séances seront raccourcies.
• Quelle quantité de lumière UV libère-t-elle ? Les lampes de luminothérapie pour le TAS doivent filtrer la majorité ou la totalité de la lumière UV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *