Hypothyroïdie : peut-on la prévenir ?

L’hypothyroïdie est une maladie provoquée par l’insuffisance des hormones générées par la glande thyroïde située dans le cou. Les personnes atteintes de cette maladie n’en guérissent jamais. Mais elles peuvent vivre normalement en suivant des traitements spécifiques. Si vous ne souffrez pas de cette maladie, c’est très bien. Pour les malades de la thyroïde, suivez nos conseils pour vous aider à faire face à l’hypothyroïdie.

Faire un dépistage

Les hormones produites par la glande thyroïde ont pour rôle de réguler le fonctionnement des cellules du corps. La dépense énergétique, le rythme cardiaque, le poids, l’énergie musculaire, la concentration, l’humeur et la température du corps dépendent des hormones générées par la thyroïde. Par conséquent, l’hypothyroïdie, comme expliqué ici, peut engendrer de graves conséquences sur l’organisme. Les personnes atteintes de l’hypothyroïdie manquent d’énergie. C’est pour cela qu’il est essentiel d’effectuer régulièrement un dépistage pour pouvoir traiter à temps la maladie et limiter ses conséquences.

L’hypothyroïdie est souvent causée par la carence d’iode, de zinc ou de sélénium dans le corps. La maladie peut aussi être engendrée par l’excès d’iode. Dans la plupart des pays développés, un test de dépistage de l’hypothyroïdie est automatiquement effectué chez tous les nouveau-nés à l’hôpital. Des échantillons de sang sont pris au niveau du talon du bébé 3 à 6 jours après sa naissance afin de mesurer le taux d’hormone TSH et de T4 dans son corps. Si le taux de ces hormones est élevé, un traitement est rapidement adopté pour prévenir les conséquences de la maladie comme le retard mental et le retard de développement. Chez l’adulte, le dépistage permet de traiter tôt l’hypothyroïdie et de réduire les séquelles.

Une bonne alimentation

L’une des mesures de prévention de base contre l’hypothyroïdie est une bonne alimentation. Effectivement, la thyroïde a besoin d’une grande quantité d’oligoéléments pour pouvoir produire des hormones. La glande a surtout besoin d’iode, de zinc et de sélénium. La carence en iode, en zinc ou en sélénium peut ainsi ralentir l’activité de la thyroïde et engendrer la maladie. Pour éviter l’hypothyroïdie, il faut donc privilégier les aliments riches en iode comme les poissons de mer, le sel de table et les algues. Il faut aussi favoriser les aliments riches en sélénium tels que les noix du Brésil, le thon et les huîtres. N’oubliez pas non plus de consommer des aliments riches en zinc comme les fruits, le porc, le bœuf et le foie de veau.

Comment éviter l’aggravation de la maladie ?

Pour les personnes déjà atteintes par la maladie, il faut aussi adopter quelques mesures de prévention afin d’éviter que l’hypothyroïdie ne s’aggrave, ainsi que ses séquelles. Pour cela, il ne faut plus consommer beaucoup d’iode, car cela pourrait interférer avec le traitement et aggraver la maladie. Puisqu’il est souvent difficile de quantifier la consommation d’iode, il est essentiel de consulter régulièrement son médecin pour surveiller son état et le traitement. Enfin, il faut noter que la consultation régulière chez le médecin permet de connaitre le dosage du traitement adapté à sa condition physique à chaque instant de sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *