Détresse respiratoire : l’essentiel sur la respiration bloquée

La détresse respiratoire regroupe tous les troubles affectant directement la respiration. Lorsque cette fonction vitale est gênée, divers problèmes surviennent. Le manque d’oxygène entraîne notamment un désagréable sentiment d’angoisse. Outre les causes physiques, des raisons psychologiques sont à l’origine des détresses respiratoires. Il y a notamment le diaphragme bloqué suite aux mauvaises habitudes ou la boule au ventre due au stress. Voici l’essentiel à retenir sur les difficultés à respirer.

La dyspnée aiguë, une forme pathologique courante

Une détresse respiratoire aiguë peut surprendre un patient. Cette difficulté à respirer vient souvent d’une attaque au niveau de l’organe respiratoire. Les bactéries affectionnent particulièrement les poumons à cause d’un air en abondance. Lorsqu’elles prolifèrent, la gêne peut se ressentir avec beaucoup de peine. L’organisme tente de réparer le problème en éliminant les microbes. Ce combat se manifeste par la toux et la fièvre. La dyspnée aiguë peut également venir d’une crise d’asthme. Il s’agit alors d’une réaction allergique affectant les voies respiratoires. Cette forme est surtout connue avec des sifflements. Chez certains patients, la détresse respiratoire vient d’une obstruction physique. La présence d’os ou d’un autre corps étranger issu de l’alimentation peut être très gênante.

Parfois, la difficulté à respirer vient d’un problème beaucoup plus sévère. C’est le cas de l’embolie pulmonaire. Cette pathologie se caractérise par une obstruction des vaisseaux sanguins au niveau des poumons. L’angine de poitrine ou l’infarctus du myocarde sont deux pathologies proches. La cause vient d’un souci d’irrigation sanguine dans l’appareil respiratoire. Les problèmes cardiaques se manifestent souvent par une asphyxie. La personne peut ressentir un plexus solaire bloqué. La consultation devient obligatoire lorsqu’un patient a du mal à respirer pendant une certaine durée. Contrairement à l’hyperventilation liée au stress, une dyspnée aiguë peut être fatale.

Une détresse respiratoire chronique

Il arrive parfois que la dyspnée aiguë s’éternise. Dans ce cas, la détresse respiratoire devient chronique. Cela concerne surtout les personnes souffrant d’asthme ou d’insuffisance cardiaque. Les patients qui ont abusé de la cigarette rencontrent aussi le même problème. La présence de suie dans les voies respiratoires est parfois fatale. Elle occasionne la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette maladie affecte de manière irréversible les alvéoles utiles à la respiration. Le passage pour l’air est fortement rétréci. Une autre forme similaire correspond au durcissement des poumons. Les cellules pulmonaires développent alors la fibrose. Les personnes qui manquent cruellement d’activité physique développent une détresse respiratoire chronique. Le même constat tient pour ceux qui sont en surpoids. De temps à autre, la graisse empêche les poumons de fonctionner convenablement. La cause psychologique est aussi à déplorer. Les personnes souffrant de stress chronique ont tendance à faire une respiration claviculaire. Elles se contentent de respirer avec le haut de leurs poumons. Cela vient du fait qu’elles ont le plexus solaire bloqué. Un blocage du diaphragme venant d’une forte tension psychologique peut durer des semaines et ravager progressivement l’organisme. Pour oxygéner les cellules et les organes, il faut trouver rapidement une solution pour un blocage du diaphragme. Lorsque les causes médicales ont toutes été écartées, il est possible de se tourner vers la psychologie pour éprouver moins d’angoisse. Une bonne gestion du stress peut aider à mieux respirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *