Automédication : les médicaments à éviter

Une étude publiée par « 60 millions de consommateurs » a mis en évidence l’inutilité et la dangerosité d’un grand nombre de médicaments proposés en vente libre. Le magazine s’est penché sur une soixantaine de produits pharmaceutiques vendus sans ordonnance. Il est temps de se pencher sérieusement sur l’automédication.

Certains produits pris en automédication restent totalement inutiles

Le magazine 60 millions de consommateurs a publié les résultats d’une étude scientifique menée par des scientifiques français. L’équipe du professeur Jean-Paul Giroud, professeur en pharmacologie et membre de l’Académie de Médecine, a enquêté sur les médicaments sans ordonnance. La publication indique que 50 produits sur 62 couramment pris dans le cadre d’une automédication sont souvent inutiles puisqu’ils ne s’attaquent pas au fond de la maladie. Ces médicaments deviennent même parfois trop dangereux pour les patients.

Les molécules jugées dangereuses pour la santé du consommateur

Quelques médicaments pour traiter le rhume ont été pointés du doigt par l’équipe du professeur Jean-Paul Giroud. Présente dans de nombreux produits pour le traitement de cette maladie courante, la pseudoéphédrine serait dangereuse pour la santé. Cette vasoconstrictrice réduirait la taille des vaisseaux sanguins. Puis, le danger de l’automédication concerne aussi les femmes enceintes. Ces patientes devraient proscrire l’ibuprofène. Ce médicament augmenterait le risque de malformation du fœtus, notamment au niveau cardiaque.

Un mot sur les produits homéopathiques en vente libre

En plus des médicaments allopathiques classiques, les produits issus de l’homéopathie présenteraient aussi des dangers pour la santé. Pris en automédication, les produits homéopathiques contre la toux sèche entraineraient des effets secondaires inattendus. Parmi les exemples les plus cités, il y a la dextrométhorphane qui devient une sorte de psychotrope. D’ailleurs, ce médicament a été retiré de la liste des produits disponibles sans ordonnance. Le professeur François Chast explique que le recours aux produits en vente libre retarde dangereusement l’utilisation des médicaments plus efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *